Et aujourd’hui ?

Déjà mal en point financièrement, la briqueterie de Saint-Martin-d’Aubigny arrête sa production au moment où Georges Texier et ses ouvriers sont mobilisés pour la Seconde Guerre mondiale. Georges Texier appartenait également à un réseau de résistance. Il suggéra, en mai 1944, de cacher des armes dans la briqueterie. Ces dernières ont ensuite permis de faire sauter la ligne stratégique de Coutances à Cherbourg. Quelques semaines plus tard, le bourg de Périers est bombardé, le 27 juin vers 15h. La briqueterie, située à seulement 2 kilomètres à vol d’oiseau de Périers, en fait également les frais. Une partie du bâtiment principal fut ravagée par des obus incendiaires.

Dans cet état, Georges Texier ne fit jamais réouvrir la briqueterie, les travaux étant trop conséquents pour le bénéfice rapporté. D’abord laissée à l’abandon, elle fut ensuite utilisée par un agriculteur pour engranger du fourrage. Après quelques années d’utilisation, l’agriculteur souhaita démolir le four, afin de libérer de l’espace de stockage. Elle devait être abattue comme toutes les briqueteries du département. 

C’est à ce moment que né l’histoire du musée. La commission du patrimoine de l’ADAME des Marais, une association qui valorise le territoire des marais de Marchésieux, l’a repérée et de là, la commune de Saint-Martin-d’Aubigny, aidée par le Parc Naturel Régional des Marais, qui venait d’être créé, réhabilita ce site industriel pour l’ouvrir au public en 1994. 

Et aujourd’hui ? En 2020 a été monté un nouveau projet de valorisation de La Maison de la brique. Son but étant de dynamiser le musée, afin de faire connaître à tous une histoire et un patrimoine aujourd’hui oublié.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :